CHILI : Santiago (Partie I)

Salut la France et l’ailleurs !

Alors déjà on a DEUX très bonnes nouvelles pour vous !
La première, c’est que le site internet est enfin en ligne !!! Vous pouvez dès à présent vous inscrire à la newsletter pour être alerté chaque fois qu’un nouvel article est mis en ligne. Il vous suffit pour cela de simplement vous diriger en bas de la page, dans la partie « s’abonner », de rentrer votre adresse mail, de cliquer sur le bouton juste en dessous et le tour est joué ! Vous pourrez comme ça profiter des nouvelles les plus fraiches sans avoir à vérifier constamment le site.

Départ Lyon (penchée)Aéroport de Lyon, équipés pour un an / jeudi 04 décembre

La deuxième, eh bien c’est qu’on n’a pas loupé nos avions !
Le voyage est un peu long, mais c’est le prix à payer quand on prend ses billets par une compagnie low-cost suisse. On passe donc 27 heures (dont une vingtaine dans les airs) entre Lyon, Francfort, Saint Domingue, Panama et Santiago de Chile, avec quasiment pour seule distraction un épisode nullissime d’une série américaine, un film qui sent bon l’eau de rose et un magazine détaillant tous les prix des produits vendus par la compagnie. Heureusement qu’on a pris nos dictionnaires de poche français-espagnol, ça va nous sauver au moins quelques heures. Mais tout ça passe très vite quand on arrive au Chili et que, par le hublot de l’avion, on aperçoit nos deux sacs à dos sortant joyeusement de la soute ! Après toutes ces escales, on n’en revient pas, ils ont réussi à faire le voyage avec nous d’un bout à l’autre, merci Condor !

Photo_compressBaie de Panama et l’embouchure de son canal / vendredi 05 décembre

On profite quand même aussi un peu du paysage en chemin, une fois les presque 20 heures de nuit passées (cf. la terre est ronde et le soleil va d’Est en Ouest…). On a ainsi la chance d’admirer la baie de Panama et l’embouchure de son canal, mais aussi, tout autour de l’aéroport, en périphérie de la ville, ses bidonvilles à perte de vue. Spectacle hallucinant d’une grande ville moderne confrontée à sa pauvreté.
Un autre spectacle tout aussi étonnant est celui, depuis l’avion, de la terre qui nous attend. On survole enfin le Chili et tout ce qui s’offre à nous n’est qu’un paysage immense jonché de petites et hautes montagnes faisant face au Pacifique, où pas un seul signe de végétation sur des centaines de kilomètres ne se laisse percevoir. On vient de quitter l’hiver et là ça devient assez dur pour nous d’imaginer toute cette poussière qu’on va s’envoyer… Mais heureusement, en arrivant dans les environs de Santiago, quelques vallées verdoyantes commencent à nous rassurer.

Photo_compress-2Cordillère des Andes, à quelques kilomètres de Santiago / vendredi 05 décembre

On est ensuite réceptionné à l’aéroport par l’oncle et le petit cousin de Dorian (respectivement Christophe et Clemente), ce dernier étant intimidé de retrouver son grand cousin français. On balance nos sacs à l’arrière du pick-up et on file direction « el casco », le centre historique de Santiago où ils vont nous héberger.
Et voilà, c’est parti pour une grosse semaine dans la capitale en famille, et pour retrouver des amis qui se sont installés ici !

Photo_compress-3Plaza de Brasil, l’oncle et le cousin de Dorian / vendredi 05 décembre

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: